Dans le cadre de mon mandat, j’interviens sur quatre champs d’intervention : action consulaire, enseignement & culture, diplomatie parlementaire et diplomatie économique.

De nombreux conseillers des Français de l’étranger témoignent un réel intérêt pour le soutien à nos entrepreneurs établis à l’étranger. Je veux les saluer car ils ont souvent orienté avec pertinence mon action dans ce domaine.

DOCUMENT : « Au service de notre diplomatie économique »

Le document « Au service de notre diplomatie économique » est une synthèse de mon action durant sept années au service de nos entreprises à l’international, avec l’appui des élus locaux et des postes diplomatiques.

Lors de chacun de mes déplacements dans 98 pays, j’ai toujours veillé à rencontrer les entrepreneurs français de l’étranger (EFE), les conseillers économiques de nos ambassades, les conseillers du commerce extérieur (CCEF), ainsi que les responsables de nos chambres commerce et d’industrie françaises à l’international (CCIFI) et de nos opérateurs publics, tels que Business France ou l’Agence française de développement (AFD).

« Au service de notre diplomatie économique » rassemble mes réflexions sur notre présence économique à l’international et détaille les propositions que j’ai faites pour soutenir notre réseau de CCIFI et favoriser notre tissu d’entreprises établies à l’étranger.

Toutes ces actions permettront corrélativement de dynamiser nos entreprises sur le sol français et de les aider à internationaliser leur stratégie.

Lire « Au service de notre diplomatie économique« 

PROPOSITIONS : 3 priorités

En sept  ans de mandat, toutes mes initiatives ont eu pour dessein de donner aux entreprises françaises les mêmes armes que celles de leurs concurrents directs pour affronter la compétition mondiale !

Pour restaurer cette compétitivité, je propose ces trois objectifs prioritaires :

1 • Faire du réseau des CCIFI le bras armé de la France à l’export, à l’image de l’organisation du commerce extérieur allemand, notamment en reconsidérant le financement de ce réseau et en cartographiant les besoins de nos entrepreneurs à l’étranger ;

2 • Créer un « crédit d’impôt-export », soit un taux d’impôt-société réduit sur la part des ventes réalisées à l’export. Cela dispenserait beaucoup de nos PME de créer des filiales à l’étranger pour cause de compétition fiscale ;

3 • S’assurer que les TPE/PME de droit local détenues par des entrepreneurs français à l’étranger (EFE) et les filiales de TPE/PME françaises à l’étranger bénéficient d’un accès facilité au crédit par le biais de garanties offertes par l’Agence française de développement (AFD).

Je me suis employé à progresser sur ces trois points, comme vous pourrez le découvrir dans le document « Au service de notre diplomatie économique ».

ACTUALITÉ : Reconnaissance du « rôle actif des entrepreneurs français à l’étranger » dans la loi

 Ce 20 juillet 2021, le projet de loi Développement solidaire et lutte contre les inégalités mondiales a été adopté par le Parlement. Il concrétise de nouvelles ambitions pour notre diplomatie économique et « une certaine idée française de la solidarité », s’est félicité Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères.

À titre personnel, je me réjouis que mes deux amendements aient prospéré, s’intégrant ainsi à la rédaction du texte de loi. Le premier visait à favoriser l’emploi langue française par les solliciteurs de l’aide publique et le second visait à la reconnaissance du rôle actif des entrepreneurs français à l’étranger dans l’aide publique au développement.

Au service de notre diplomatie économique
par Olivier Cadic
 

 Introduction (p.4)

1 – Actions au service de la diplomatie économique (p.6)
1.1 – Développement du réseau CCIFI (p.6)
1.2 – Accords commerciaux ou bilatéraux (p.9)
1.3 – Rencontres & conférences avec les CCEF (p.11)
1.4 – Soutien aux entreprises françaises tournées vers l’international (p.13)

2 – Commerce extérieur de la France : Une chute sans fin (p.17)
2.1 – L’évaluation du soutien public aux exportations (p.17)
2.1.1 – La suppression du crédit d’impôt pour dépenses de prospection commerciale des PME (p.18)
2.1.2 – Les annonces du Gouvernement du 23 février 2018 (p.19)
2.2 – L’éternelle détérioration encourageante – 12 février 2019 (p.22)
2.3 – Un nouveau déficit record abordé en toute sérénité – 5 février 2021 (p.24)

3 – Propositions pour un rebond (p.25)
3.1 – Le réseau des CCIFI en bras armé de la France à l’export (p.25)
3.1.1. Export : Génération rationalisation – 29 juillet 2019 (p.25)
3.2 – Des effets de levier financier pour accompagner les entrepreneurs français de l’étranger – EFE (p.27)
3.2.1 L’esprit d’équipe – 9 juin 2020 (p.27)
3.2.2 Assistance à entrepreneurs en danger – 11 septembre 2020 – (p.29)
3.3 – Comment aider les EFE ? (p.30)
3.3.1 – Les sept points clés de mon intervention à la table ronde consacrée à l’aide aux EFE dans le contexte de crise sanitaire COVID-19 novembre 2020 (p.30)
3.3.2 – Interview au Petit journal.com – 07/12/2020 – (p.32)
3.3.3 – Pour un contrôle de l’exécution du dispositif « Choose Africa Résilience » par les conseillers des Français de l’étranger (p.33)

4 – Vers une reconnaissance du rôle des entrepreneurs français à l’étranger dans l’aide publique au développement (p.34)

5 – Conclusion : Pour une France libre d’entreprendre (p.36)
Rappel des principales mesures proposées (p.38)
Propositions du rapport « Pour une France libre d’entreprendre » (p.39)

TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT